Actu

LE FORUM DES PROJETS URBAINS DE LA MEDITERRANEE

28 Septembre 2018

Le vendredi 28 septembre, s’est tenu à l’Hôtel de Ville de Montpellier, le Forum des Projets Urbains de la Méditerranée dont la FPI OM était partenaire. Plus de 200 élus et décideurs régionaux étaient présents à cette troisième édition. Elus, aménageurs, maîtres d’ouvrages se sont succédé pour présenter des projets tirant avant tout parti des singularités de leur territoire.

La Métropole de Montpellier était ainsi à l’honneur avec trois grands projets urbains ambitieux, Cambacérès, l’EAI et la future ZAC du Coteau. Des ateliers séparés et simultanés ont égrainé tout au long de la journées des projets urbains aux stratégies fortes comme entre autres, celui de Joïa Méridia à Nice qui constituera le centre de la technopole urbaine, la mutation du dernier foncier disponible en cœur de ville du Grau du roi, le quartier des Fabriques à Marseille, nouvelle pièce maîtresse d’Euroméditerranée, la reconversion des anciens fonciers de la Poste de Clapiers, ou encore l’Ila Catala, la nouvelle ville-port de Port Barcarès. Sans oublier la dernière table ronde consacrée au projet urbain d’Alger.

En clôture de cette journée intense, une séance plénière animée par Marie-Christine Vatov, journaliste, rédactrice en chef de Traits Urbains a réuni Christophe Pérez, directeur de la SERM et de la SA3M, Elodie Nourrigat, Architecte et Présidente de l’AMO et Laurent Villaret, Président de la FPI OM. Christophe Pérez a longuement développé sa vision de la ville « aimable ». Pour l’aménageur, c’est celle qui exige une certaine résilience par rapport à l’environnement et une mixité fonctionnelle essentielle. « La Ville aimable c’est celle qui répond aux besoins des habitants tout en pensant à une vision à long terme ». Justement quelles sont les attentes des habitants ? Le contexte territorial méditerranéen a son propre rôle à jouer et les habitants s’attendent à un « chez soi » qui s’inscrit dans ce contexte « Nous ne construisons pas de la même manière en métropole, en bord de mer et dans la ville-centre ». Pour Laurent Villaret, « les habitants s’attendent à un rapport très fort entre l’intérieur et l’extérieur. La valeur ajoutée, consiste à définir au-delà même de l’espace de vie, des espaces communs qui s’inscrivent dans un contexte. Les copropriétés de demain seront évolutives ». Le promoteur, l’aménageur et l’architecte partagent la même vision d’un futur où le numérique fera sa révolution. Une révolution qui impactera directement l’habitat lui-même et le mode d’habiter. « Nous constatons aujourd’hui une véritable dualité entre  l’espace connecté via les réseaux sociaux dont la temporalité est courte et la ville dont la temporalité est longue – pointe Elodie Nourrigat- Cela nécessite des espaces différents dont la ville doit être le support. » Le numérique est dans la vie et dans la ville. Le promoteur, l’architecte est l’aménageur doivent l’utiliser au mieux avec la flexibilité nécessaire… Est-ce que demain nous vendrons un logement et un bureau ? Est-ce que l’on ne vendra pas plutôt une seule et même chose ? » S’interroge le promoteur en guise de conclusion.

Le prochain Forum des Projets Urbains de la Méditerranée se déroulera en 2019 à Nice.

https://www.projetsurbains.com/med/