Actu

Vœux de la FPI Occitanie-Méditerranée le 12 décembre 2017

Vœux de la FPI Occitanie-Méditerranée

20 Décembre 2017

Comment construire la Ville ensemble ? Tel est le thème du débat organisé par la FPI OM le 12 décembre, en préambule de la traditionnelle soirée des vœux de la fédération. Le président, Xavier Bringer, avait convié autour de lui, Yves Nurit, DGAS Département Développement Territorial de la Ville de Montpellier et de la Métropole ; Christophe Pérez, directeur général de la SERM et de la SA3M ; Hervé Vanaldewereld, Président de l’UNAM LR ; Patrick Ceccotti, représentant la FFB Occitanie ; Nobert Bachevalier, Président de la FNAIM 34 et Antoine Garcia-Diaz, Architecte-Urbaniste.

Les bases de la discussion ont été posées par Yohan Breuil, Directeur associé du Cabinet Adéquation. « On constate une vraie dynamique de la croissance démographique avec +1,72% d’augmentation de la population sur la métropole montpelliéraine chaque année. Il y a de vrais besoins avec une spécificité territoriale, sachant que le revenu médian mensuel des ménages est de 2 300€ et qu’un ménage sur deux est composé d’une seule personne sur Montpellier. »

A propos de la croissance démographique, président de la FPI OM, Xavier Bringer constate « C’est un grand défi pour le territoire de Montpellier, les promoteurs seront présents pour répondre à cette demande en fabricant une ville de qualité. La construction est concentrée à 90% sur la ville centre et sa proche première couronne. Un défi nous attend pour proposer de garder nos familles sur le territoire métropolitain. En plus des efforts constants sur la ville centre, ensemble nous devons réfléchir à un urbanisme apaisé en 2ème et 3ème couronnes prônant efficacité, facilité d’accès aux transports, usage, prix cohérents et végétalisation » Denis Schorter, Vice-président de la FNAIM 34 précise que  Montpellier attire essentiellement les acheteurs dans les zones situées à 400 m maximum du tram. 

Christophe Pérez souhaite tirer la sonnette d’alarme. Le directeur de la SERM et de la SA3M prévient « Attention les prix du foncier montent trop dans le diffus. La conséquence à moyen terme sera une augmentation des prix de ventes des logements et une déconnexion avec la capacité financière des ménages. Nous souhaitons loger les montpelliérains quel que soit leurs revenus. Conservons notre modèle équilibré »  Le prix du foncier inquiète également Hervé Vanaldewereld  qui dénonce la diminution de l’offre foncière qui entraine une flambée des prix des terrains rendant logement libre inabordable. Autre paramètre : les coûts de la construction : Patrick Ceccotti, Membre du bureau de la FFB Occitanie alerte sur la limite de la diminution de ces coûts  et avertit qu’il y a un seuil en dessous-duquel on ne peut pas descendre, tout en fustigeant la concurrence déloyale. 

 Pour Yves Nurit, « La volonté politique est de partir du grand territoire pour converger vers la ville centre et non plus comme auparavant partir de la ville centre pour s’étendre sur le territoire. Le schéma de développement Immobilier est calqué sur les grands réseaux de transports que sont le train et le tramway. Aménager ce territoire, c’est aussi préserver sa diversité et l’attrait d’un côté de l’Intensité urbaine de la ville, de l’autre, du charme des villages et centres bourgs.»

Et si la ville se reconstruisait sur elle-même ? « La ville se reconstruit de plus en plus sur elle-même – constate Christophe Pérez – Le renouvellement urbain est lancé avec l’EAI, le nouveau Saint Roch. Nous allons régénérer la ville dans les quartiers de la Pompignane, Grand Cœur et la Restanque.» Un constat partagé par Antoine Garcia-Diaz, architecte urbaniste  pour qui la mise en place du PLUI  « change la donne. Il faut reconstruire la ville sur la ville, agir en composant avec la dentelle urbanistique. Les urbanistes et architectes en accords avec les maîtres d’ouvrages privés sont prêts à accompagner les services des collectivités manquants de moyens pour pas à pas construire sous l’égide des élus la ville de demain.»